Actualités 

MON INTERVENTION EN SOUTIEN AUX SALARIES DE FEDERAL MOGUL

Monsieur le Président, Mes cher(e)s collègues,

Lors de notre dernière CP, notre collègue de Loudun s’était ému de la liquidation judiciaire de l’entreprise CEIT de Loudun. Je me dois aujourd’hui de vous interpeler à mon tour sur le sort de l’entreprise Fédéral Mogul qui devrait fermer ses portes au dernier trimestre 2014. Il ne s’agit pas pour moi de faire un effet d’annonce mais de vous inviter à réfléchir sur le sort des 241 salariés de cette entreprise de Chasseneuil du Poitou qui, une nouvelle fois voient leur emploi menacé. J’ai pu rencontrer une délégation de salariés, qui vivent sur les 11 communes de mon canton. Ces salariés ont un prénom :  Alain, Anne, Pascal, Stéphane, Francis, Jean Noël, Isabelle, Mickaël, Christian, Régis, Thierry, Boris,Patrick …Je les croise chez le boulanger, au collège, au foot, dans mon village bref dans ma vie. Aujourd’hui, ils se tournent vers moi pour simplement me demander de l’aide.

Je suis comme vous, élu de mon département, attaché à défendre l’emploi et toujours l’emploi. Depuis cette rencontre, je travaille sur ce dossier des Fédéral Mogul et j’avoue ne pas bien comprendre comment peut- on sacrifier des savoirs faire du dernier pistonnier de France !

Le propriétaire du groupe a investi plus de 4, 5 millions d’euros sur l’outil de production laissant espérer, contre toujours plus d’efforts, des perspectives d’avenir en vain !

On connait bien les propriétaires de cette usine mais nous connaissons encore mieux les clients : le groupe Renault et le groupe Peugeot qui jusqu’à encore très récemment était un groupe français. Je ne vais pas tourner autour du pot mes cher(e)s collègues. De toute évidence, ce sont les industries automobiles françaises qui mettent à genoux la sous-traitance, nos entreprises locales et notre territoire.

Qu’y pouvons-nous individuellement et collectivement ? Au-delà de notre solidarité et notre sollicitude, il convient d’agir ensemble. L’entreprise Fédéral Mogul de Chasseneuil  fort des savoirs faire des salariés et de son outil de production veut et doit survivre.

Je crois qu’il convient d’alerter les plus hautes autorités de l’Etat afin de montrer que nous croyons en la filière automobile de notre département. Car au-delà de Fédéral Mogul ce sont des entreprises leaders qui existent sur notre territoire. Ce sont des centaines d’emplois directs et indirects qui irriguent notre économie départementale. Mobilisons la Banque Publique d’Investissement et convainquons notre ministre de l’Economie et du Redressement Productif que le dernier pistonnier de France ne doit pas mourir. Ces salariés qui maîtrisent le piston acier peuvent aussi maîtriser le piston alu.  La valeur ajoutée existe à Chasseneuil du Poitou, il nous faut la défendre.

Et si cela ne suffit pas, soyons avec les salariés et allons chercher à la grille ce que nous n’aurons pas obtenu autour de la table des négociations.

Related posts

Leave a Comment